Pourquoi les bons n’obtiennent-ils pas justice? Pourquoi les méchants prospèrent-ils?

La question de savoir pourquoi les mauvais (les méchants) prospèrent alors que les bons (les justes) souffrent est fréquemment abordée dans la Bible. Plusieurs Psaumes interrogent ouvertement Dieu à ce sujet. Parmi plusieurs autres, les Psaumes 10, 35, 94 demandent à Dieu pourquoi Il permet aux méchants de prospérer ou d’affliger les justes. «Jusques à quand les méchants, ô Éternel ! Jusques à quand les méchants triompheront-ils ?» (Psaume 94 :3).

Plusieurs proverbes reconnaissent également des situations injustes et nous encouragent à ne pas envier la prospérité des méchants : «Ne t’irrite pas à cause de ceux qui font le mal, Ne porte pas envie aux méchants.» (Proverbes 24 :19). Voir Proverbes 3 :31; 23 :17; 24 :1. Tout le livre de Job remet en question l’affliction de job, un homme apparemment juste.

Dieu Fera Justice En Temps Voulu

L’enseignement biblique le plus fondamental sur la prospérité des méchants et la souffrance des justes est que Dieu voit, se soucie et corrigera l’injustice (voir par exemple 2 Thessaloniciens 1 :6-8) ; mais pas nécessairement au moment où nous le souhaitons. Psaume 73 et Hébreux 11 en sont deux illustrations.

Dans le Psaume 73, nous voyons un homme qui est bouleversé par cette même question et qui est parvenu à la conclusion selon laquelle il pouvait faire confiance à Dieu pour la justice ultime. Il était frustré par l’injustice apparente du «bonheur des méchants» (Psaume 73 :3) qui «accroissent leurs richesses» (Psaume 73 :12) et se demandait si sa propre justice était «en vain» (Psaume 73 :13).

Cependant, lorsqu’il a réfléchi à qui Dieu est, il s’est rendu compte qu’en temps voulu, Dieu ferait justice : «…La difficulté fut grande à mes yeux, Jusqu’à ce que j’eusse pénétré dans les sanctuaires de Dieu, Et que j’eusse pris garde au sort final des méchants. Oui, tu les places sur des voies glissantes, Tu les fais tomber et les mets en ruines. Eh quoi ! en un instant les voilà détruits ! Ils sont enlevés, anéantis par une fin soudaine.» (Psaume 73 :16-20). Le Psalmiste a pu mettre de côté son angoisse et placer sa confiance en Dieu. «Quel autre ai-je au ciel que toi ! Et sur la terre je ne prends plaisir qu’en toi. Ma chair et mon cœur peuvent se consumer. Dieu sera toujours le rocher de mon cœur et mon partage.» (Psaume 73 :25-26). En découvrant la perspective éternelle de Dieu, son cœur a trouvé la paix.

Souvenez-vous De La Perspective Éternelle De Dieu

Hébreux 11 énumère de nombreuses personnes considérées comme excellentes pour leur foi. Le chapitre raconte les souffrances de ces personnes. Dans leur souffrance, elles regardaient au-delà de leur expérience sur terre, vers leur vie future avec Dieu au ciel, «C’est dans la foi qu’ils sont morts, sans avoir obtenu les choses promises; mais les ont vues et saluées de loin, reconnaissant qu’ils étaient étrangers et voyageurs sur la terre. Ceux qui parlent ainsi montrent qu’ils cherchent une patrie. S’ils avaient en vue celle d’où ils étaient sortis, ils auraient eu le temps d’y retourner. Mais maintenant ils en désirent une meilleure, c’est-à-dire une céleste. C’est pourquoi Dieu n’a pas honte d’être appelé leur Dieu, car il leur a préparé une cité.» (Hébreux 11 :13-16).

Une fois de plus, nous voyons que le fait de se souvenir de la perspective et du caractère éternels de Dieu apporte la confiance, l’espérance et un certain réconfort au milieu d’une souffrance injuste. Notre réconfort ne se situe pas uniquement dans l’avenir. Dans notre relation avec Dieu, lorsque nous marchons dans la foi, nous sommes réconfortés tandis que nous sommes dans l’affliction (2 Corinthiens 1 :3-5 ; Ésaïe 30 :18-19).

Ces exemples, et bien d’autres, figurent dans la Bible parce que Dieu comprend nos luttes contre l’injustice. Nous ne sommes pas dépourvus de raison quand nous luttons, mais lorsque nous considérons le caractère de Dieu ; Son amour éternel pour nous, Sa puissance éternelle, Son souci de la justice, nous pouvons avoir la paix car «Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu.» (Apocalypse 21 :4).

Partager l'article