Dieu promet-il la prospérité?

Dans la Bible, il existe plusieurs exemples de personnes financièrement prospères et financièrement pauvres. On nous présente le terme « bénédiction » en tant que description générale de la faveur que Dieu accorde à une personne, à la fois spirituelle et matérielle. La bénédiction dans la Bible peut souvent faire référence à une bénédiction matérielle, à savoir la terre, le bétail, le commerce et la production (par exemple, Abraham, Genèse 13: 2).

Bénédiction spirituelle

Cependant, la bénédiction biblique est principalement axée sur la relation qu’on entretient avec Dieu. En principe, une personne bénie est une personne qui bénéficie de la protection, du délice saint et de la grâce de Dieu (par ex. Genèse 12: 2-3). Nous sommes bénis au delà de toute mesure lorsque nous devenons un enfant de Dieu par la foi en Jésus-Christ (Ephésiens 1: 3-14). L’héritage promis à un croyant fidèle est spirituel, futur et éternel; Dieu promet des trésors dans les cieux (Luc 18:22). Et pourtant, avec toutes les bénédictions mentionnées dans les Écritures, le plaisir et la faveur de Dieu envers le chrétien fidèle ne signifient pas nécessairement qu’il le rendra matériellement riche.

 

La pauvreté financière

Certains, comme Jérémie, Paul et Jésus, ont connu la pauvreté financière à cause de leur fidélité à Dieu. La pauvreté et la richesse arrivent à toutes sortes de personnes et Jésus nous enseigne que Dieu fait tomber la pluie sur les justes et les injustes (Matthieu 5:45). Dans son souverain plaisir et son contrôle providentiel, Dieu fait en sorte que certains héritent ou produisent de grandes richesses, alors que d’autres vivent sans, choisissent de s’en abstenir, gaspillent ou n’arrivent pas de produire de grandes richesses (1 Samuel 2: 7).

 

Être content

Plutôt que de nous apprendre à rechercher la prospérité, la Bible nous enseigne à être satisfaits et à trouver notre contentement en Dieu par Jésus-Christ. Paul parle de ses épreuves et de ses difficultés dans le livre de Philippiens et à la fin il dit qu’il a appris à être satisfait quelles que soient les circonstances. Il écrit au chapitre 4: 11-12 : Je ne dis pas cela en raison de mes besoins, car j’ai appris à me contenter de l’état où je me trouve. Je sais vivre dans l’humiliation, et je sais vivre dans l’abondance. En tout et partout, j’ai appris à être rassasié et à avoir faim, à être dans l’abondance et à être dans la disette. Le contentement consiste à nous réjouir de ce que le Donateur de tout don parfait nous a donné et, finalement, à nous réjouir qu’en lui. Si nous sommes contents, nous sommes vraiment prospères.

 

L’évangile de la santé et de la prospérité

Trop souvent, l’Évangile de Jésus-Christ est déformé en ce que beaucoup appellent un « évangile de santé et de prospérité », qui n’est aucunement un évangile. Les partisans d’un tel enseignement croient que si une personne a suffisamment de « foi », elle fera l’expérience de la guérison ou d’une grande bénédiction financière. Malheureusement, cet enseignement est grossièrement trompeur et a eu pour conséquence que beaucoup se sont détournés du Christ et de son église. Si Dieu avait voulu que les hommes prospèrent quand ils exercent la foi en Christ, pourquoi lisons-nous de tant d’afflictions, persécutions, mépris et épreuves vécus par les apôtres ? Jésus aborde la richesse financière à plusieurs reprises dans les évangiles et, à maintes reprises, il met en garde contre un cœur qui poursuit l’argent. Nous ne pouvons pas « servir deux maîtres » – Dieu et l’argent. Nous aimerons l’un et détesterons l’autre. Au lieu de cela, Jésus dit : Ne vous amassez pas de trésors sur la terre, où les vers et la rouille détruisent et où les voleurs percent et dérobent, mais amassez des trésors dans le ciel, où ni les vers ni la rouille ne détruisent, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent. Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur (Matthieu 6:19). « Cherchez premièrement son royaume et sa justice, et toutes ces choses (nourriture et vêtements) vous seront également par-dessus » (Matthieu 6:33).

 

Un avertissement sur la poursuite ou l’attente de la prospérité

1 Timothée 6: 6-11 nous avertit sévèrement de la poursuite ou de l’attente de la prospérité. Certes, c’est une grande source de gain que la piété, si l’on se contente de ce qu’on a. Car nous n’avons rien apporté dans le monde, comme aussi nous n’en pouvons rien emporter. Si donc nous avons la nourriture et le vêtement, cela nous suffira. Mais ceux qui veulent s’enrichir tombent dans la tentation, dans le piège et dans une foule de désirs insensés et pernicieux, qui plongent les hommes dans la ruine et la perdition. Car l’amour de l’argent est une racine de tous les maux, et quelques-uns, pour s’y être adonnés, se sont égarés loin de la foi et se sont infligés à eux-mêmes des tourments. Jésus dit ceci dans Luc 12:15 : Gardez-vous attentivement de toute cupidité ; car même dans l’abondance, la vie d’un homme ne dépend pas de ce qu’il possède.

 

Comment Jésus voyait-il son état prospère?

Lorsque nous sommes confrontés à la question de la promesse de prospérité de Dieu, nous devrions nous tourner d’abord à la façon dont Jésus a perçu son état prospère. Dans Philippiens ch.2, nous lisons que Jésus ne considérait pas l’égalité avec Dieu comme une chose à arracher, mais s’est dépouillé lui-même. Il a pris la nature même d’un serviteur, plutôt que de se présenter en pleine gloire et de prendre le relais en tant que maître. Il est devenu pauvre pour que nous puissions être riches en bénédictions spirituelles. Comment pourrions-nous imaginer qu’un chemin de disciple suivrait une route différente de celle qui était prise par Jésus ? Dieu préférerait alors que nous nous concentrions sur lui et le permettions d’être notre poursuite, joie et trésor.

Bien qu’il soit possible que Dieu ajoute aux bénédictions spirituelles des bénédictions financières, temporelles et terrestres, nos cœurs et nos prières devraient toujours être centrés sur le développement de notre relation avec Jésus et de notre dévotion à Dieu. Ainsi pour les plus riches et les plus pauvres, la vie chrétienne est la vraie vie prospère.

 

Comment ce passage de la Bible vous parle-t-il? S’il vous plaît, faites part de vos pensées ci-dessous !

Lire aussi: Est-ce un manque de foi d’aller chez un médicin aprés avoir prié d’être guèri?

Partager l'article