Comment la Bible valorise-t-elle l’argent et la richesse?

dinero

Au cours de l’histoire, les opinions sur l’argent et la richesse ont varié. Certains chrétiens ont considéré les possessions matérielles comme quelque chose de dangereux qui détourne les gens de Dieu. En effet, dans Marc 10:17-31, on trouve l’exemple d’un homme riche dont l’amour pour ses biens l’a empêché de suivre Jésus.

De même dans 1 Timothée 6:9, l’apôtre Paul parle de personnes dont le désir de trésors terrestres était si fort qu’elles se sont éloignées de Dieu. D’autres considèrent la richesse matérielle comme une preuve de la bénédiction de Dieu dont on peut profiter, ou essaient d’acquérir le plus de richesses possibles afin d’aider les nécessiteux. Que dit donc la Bible à ce sujet ?

La richesse est un don de Dieu

Dieu est le Créateur de l’univers, et tout lui appartient en définitive. Il règne sur la terre. Cette vérité est révélée dans 1 Chroniques 29:12: «c’est de toi que viennent la richesse et la gloire, c’est toi qui domines sur tout, c’est dans ta main que sont la force et la puissance, et c’est ta main qui a le pouvoir d’agrandir et d’affermir toutes choses»

Nous avons la responsabilité de subvenir à nos besoins et à ceux de nos proches, si nous le pouvons, en effectuant notre travail quotidien. Nous ne devons pas nous croiser les bras et attendre que Dieu nous rende riches. Mais: «Si l’Éternel ne bâtit la maison, ceux qui la bâtissent travaillent en vain; Si l’Éternel ne garde la ville, Celui qui la garde veille en vain.» Psaume 127:1. Nous sommes dépendants de la bénédiction de Dieu. Et si nous avons reçu des richesses et des biens, nous sommes encouragés à en profiter avec un cœur reconnaissant. Être conscient que notre richesse est un don de Dieu nous protège contre l’orgueil et l’arrogance.

L’auteur du livre des Proverbes considérait qu’il était dangereux de posséder «trop», car il craignait d’oublier ensuite sa dépendance à l’égard du Seigneur. Il a donc demandé à Dieu:

Éloigne de moi la fausseté et la parole mensongère; Ne me donne ni pauvreté, ni richesse, Accorde-moi le pain qui m’est nécessaire. De peur que, dans l’abondance, je ne te renie Et ne dise: Qui est l’Éternel ? Ou que, dans la pauvreté, je ne dérobe, Et ne m’attaque au nom de mon Dieu.

Proverbes 30:8-9

L’amour de l’argent peut nous rendre aveugles aux choses vraiment importantes.

1 Timothée 6 nous met en garde contre l’amour de l’argent. Il y est écrit: «Si donc nous avons la nourriture et le vêtement, cela nous suffira.» Mais pourquoi est-ce un problème d’avoir envie de plus ? La réponse est aussi simple que radicale: «Nul ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l’un, et aimera l’autre, ou il s’attachera à l’un, et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mamon.»  (Matthieu 6:24).

L’apôtre Paul mesure les conséquences de la tentative de servir deux maîtres parmi les membres de l’église. Les personnes qui aspiraient à être riches tombaient dans la tentation, leur désir de trésors terrestres était si fort qu’elles s’éloignaient de Dieu. Et Paul savait avec certitude que la perte du lien avec Dieu conduirait à leur «ruine et à leur destruction».

C’est pourquoi il dit que l’amour de l’argent est la racine de toutes sortes de maux. Non pas parce que l’argent en soi est quelque chose de mauvais, mais parce que le désir d’argent détourne notre cœur de quelque chose de plus important. Le désir de s’enrichir peut nous inciter à faire des compromis sur les normes éthiques, ou bien il accapare tout le temps et l’énergie que nous pourrions consacrer au service de Dieu.

Dieu ne promet pas à Ses serviteurs la prospérité matérielle

Certaines personnes pensent que servir le Seigneur conduira automatiquement à la prospérité matérielle ici et maintenant. Mais Jésus ne promet nulle part que ce serait le cas. Bien sûr, il existe de nombreux exemples de personnes qui ont reçu des bénédictions matérielles. Dieu est capable de nous donner n’importe quoi. Cependant, la bénédiction biblique est principalement axée sur la relation que l’on entretient avec Dieu. Les bénédictions spirituelles sont bien plus importantes que les biens, l’or ou l’argent.

Néanmoins, Jésus nous promet qu’il nous «rendra» tout ce que nous abandonnons pour Lui. Les relations familiales comme les biens matériels peuvent influencer notre consecration au Seigneur. Pensez aux missionnaires qui quittent leurs proches pour aller répandre l’Évangile ailleurs. Ou pensez aux croyants qui sont persécutés pour leur foi. La vie d’un disciple fidèle peut courir de grands risques ! Mais Jésus nous assure que tout cela en vaut la peine. Ses enfants hériteront la vie éternelle et recevront «le centuple» de tout ce qu’ils ont sacrifié pour Lui.

Nous devrions utiliser notre argent pour promouvoir la justice

L’argent apporte le pouvoir. Dans le monde entier, les politiciens et les fonctionnaires touchent des pots-de-vin. Les pauvres sont exploités par leurs prêteurs, car ceux-ci exigent des intérêts énormes. Dieu condamne ces pratiques. Il interdit même aux Israélites d’exiger des intérêts des autres: «Si tu prêtes de l’argent à mon people, au pauvre qui est avec toi, tu ne seras point à son égard comme un créancier, tu n’exigeras de lui point d’intérêt.»  (Exode 22:25).

Ce commandement ne s’applique pas automatiquement au système d’investissement capitaliste dans lequel les gens empruntent de l’argent à une banque pour créer une entreprise ou investir dans des machines coûteuses. Il peut s’agir d’un modèle économique valable qui n’a rien à voir avec l’exploitation. Le commandement de Dieu concerne les personnes qui sont pauvres et qui ont besoin d’argent pour couvrir leurs besoins fondamentaux.

On en trouve un exemple dans Néhémie 5, où de pauvres Juifs ont été exploités par leurs frères. Leur situation était vraiment mauvaise: ils troquaient leurs champs, leurs vignes et leurs maisons, et certains devaient même vendre leurs enfants comme esclaves pour obtenir un peu de nourriture. Néhémie a exhorté les riches à cesser ces pratiques et à rendre ce qu’ils avaient exigé.

La générosité est très appréciée dans la Bible. Dans 1 Timothée 6:18, les personnes fortunées sont exhortées à «être riches en bonnes oeuvres, à avoir de la libéralité, de la générosité» La Bible ne nous oblige pas à donner un certain pourcentage de nos biens aux pauvres, mais toute la Bible indique clairement que: «Dieu aime celui qui donne avec joie.» 2 Corinthiens 9:7

Être riche en Dieu

La richesse matérielle n’est pas la chose la plus importante sur terre. Jésus nous indique quelque chose de mieux, qu’Il appelle «trésors dans le ciel» (Matthieu 6:20). L’apôtre Pierre décrit cela comme: «un heritage qui ne se peut ni corrompre, ni souiller, ni flétrir, lequel est reserve dans les cieux.» (1 Pierre 1:4).

La richesse matérielle ne peut finalement pas nous combler, et ne conserve certainement pas sa valeur après notre mort physique. Nous ne pouvons pas les emporter avec nous lorsque nous mourrons. (Et nous n’en avons pas besoin, en fait, puisque dans la nouvelle Jérusalem, même les rues seront en or pur, voir Apocalypse 21:21). Mais les bénédictions de la vie éternelle et les «trésors du ciel» dureront pour  toujours.

Connaissez-vous personnellement Jésus-Christ comme votre Seigneur et Sauveur ? Veuillez partager vos réflexions ci-après !

Lire aussi : D’où vient la souffrance que j’éprouve?

Partager l'article