Comment faire face au doute ?

Vivre le doute en tant que Chrétien peut vous déstabiliser fortement. Vous pouvez vous demander si vous avez le droit de douter ou même craindre que Dieu vous condamne pour cela. Il se peut que vous hésitiez à partager vos difficultés avec d’autres croyants et que, par conséquent, vous vous sentiez de plus en plus éloigné d’eux.

Le doute fait partie de l’expérience humaine

Nous sommes tous confrontés à des incertitudes. Dans les Saintes Écritures, nous rencontrons des personnages qui doutent. Dans le livre des Psaumes de l’Ancien Testament, Asaph partage ses peines et dans le Nouveau Testament, Jean Baptiste et Thomas, l’un des disciples de Jésus, vivent le doute. Nous examinerons leurs expériences plus en détails dans les lignes suivantes.

Cependant, on peut aussi considérer les doutes d’un point de vue positif. Ainsi, au lieu de les laisser ruiner notre vie, nous pouvons les considérer comme des signes d’alerte nous indiquant que nous devons accorder une attention particulière à certains aspects incertains de notre vie. Par exemple, nous pouvons nous demander si nous sommes suffisamment bien préparés pour notre prochain examen ou la présentation d’un projet professionnel. Le doute peut aussi devenir un facteur de motivation pour redoubler d’efforts afin de s’assurer que nous trouvons les bonnes stratégies. Le doute peut donc être utilisé de manière positive.

Tim Keller l’exprime ainsi : «Une foi sans doute est comme un corps humain sans anticorps. Les personnes qui subissent allègrement les coups de la vie, trop occupées ou indifférentes pour se poser des questions difficiles sur les raisons de leur foi, se retrouveront sans défense face à l’expérience d’une tragédie ou aux questions approfondies d’un sceptique intelligent. La foi d’une personne peut s’effondrer presque du jour au lendemain si elle n’a pas su, au fil des ans, écouter patiemment ses propres doutes, qui ne devraient être écartées qu’après une longue réflexion.»

Les sceptiques dans les Saintes Écritures

  • Asaph a écrit un Psaume dans lequel il décrit son combat personnel : il n’arrivait pas à comprendre comment Dieu pouvait être bienveillant face à la prospérité des méchants. Les questions qu’il se posait l’affectaient profondément : «Comment Dieu saurait-il, Comment le Très haut connaîtrait-il ?» (Psaumes 73:11). Les méchants agissaient comme si Dieu était aveugle ou ignorant et se sentaient donc suffisamment sûrs d’eux pour faire ce qu’ils voulaient.
  • Jean-Baptiste doutait de l’identité de Jésus en tant que Messie et Sauveur d’Israël. Il s’était rendu compte que Jésus, le Messie n’était pas accepté par la majorité du peuple juif. En fait, Jean fut emprisonné et sa perspective sur ce qui se passait était donc très limitée. Il voulut obtenir des réponses par l’intermédiaire de Jésus et l’interrogea en envoyant ses disciples vers Lui : «Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ?» (Matthieu 11:3).

Thomas douta de la résurrection car il n’était pas avec les autres disciples lorsque Jésus leur apparu. Il demanda la même preuve que les autres disciples. Il la formula comme suit : «Si je ne vois dans ses mains la marque des clous, et si je ne mets mon doigt dans la marque des clous, et si je ne mets ma main dans son côté, je ne croirai point.» (Jean 20:25). Thomas était le genre de personne qui ne voulait pas se fonder sur les expériences des autres, il voulait savoir par lui-même.

Mieux comprendre le doute

Distinguons les différents types de doute, en les définissant par leurs causes et leurs motifs. Une combinaison de ces types de doute peut être à l’œuvre dans votre vie.

Les causes

  1. Le doute peut être le résultat d’un questionnement intellectuel sur certaines choses fondamentales de la foi, comme l’existence de Dieu et la réalité spirituelle, ou sur des principes spécifiques de la foi chrétienne, comme la résurrection du Christ. Il se peut que des personnes vous aient posé des questions difficiles sur ce que vous croyez et que vous n’ayez pas pu y répondre. Cela vous a amené à vous poser des questions.
  2. Le doute peut apparaître pour des raisons émotionnelles, entraînant souvent un manque de confiance en Dieu. Vous pouvez toujours croire que Dieu existe, mais vous vous demandez s’Il est le genre de Dieu à l’œuvre dans votre vie. Vous traversez peut-être des épreuves déstabilisantes ou la perte d’êtres chers, qui vous donnent l’impression que Dieu est distant, voire absent. Le doute quant à sa réelle existence peut surgir dans votre esprit où vous vous sentez simplement trop engourdi et brisé pour être sûr de quoi que ce soit.

Les motifs

  1. Vous doutez parce que vous souhaitez sincèrement trouver des réponses et que vous êtes prêt à faire des efforts pour en trouver. Votre motivation générale est d’améliorer votre compréhension.
  2. Vous doutez parce que vous ne croyez pas vraiment qu’une réponse satisfaisante puisse être apportée à vos questions. Cela peut être dû à des raisons philosophiques présupposées : vous pouvez être d’avis qu’il n’y a pas de réponses ultimes aux questions sur le sens de la vie ou de la spiritualité. Ou vous pensez que seules les positions rationnellement et expérimentalement prouvées sont dignes de foi. Vous êtes peut-être motivé par le fait que vous n’êtes pas prêt à faire face aux conséquences si certaines de vos questions recevaient une réponse. Vous choisissez donc de vous accrocher à vos doutes ; cela peut même devenir un mode de vie ‘cool’ pour vous. En effet, vous voulez garder Dieu à distance.

Les doutes peuvent donc détruire votre relation avec Dieu ou la renforcer. Ils peuvent mettre fin à votre relation avec Dieu si vous ne prenez garde et si vous permettez à vos épreuves d’éloigner votre esprit et votre cœur de Lui. Les doutes peuvent également approfondir votre relation avec Dieu si vous les considérez comme des tremplins vers une foi plus forte et une compréhension plus grande.

La conduite à tenir

Lorsque vous avez des doutes, il y a plusieurs choses que vous pouvez faire :

  • Tout d’abord, cherchez Dieu dans la prière; exprimez-Lui vos doutes et demandez-Lui de vous aider. Dans les Psaumes, nous trouvons des personnes qui expriment librement leurs questions à Dieu. «Pourquoi, ô Éternel ! te tiens-tu éloigné ? Pourquoi te caches-tu au temps de la détresse ?» (Psaumes 10:1). Même Jésus a crié Son désespoir sur la croix : «Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?» (Matthieu 27:46 se référant à Psaumes 22:1). Alors, au milieu de toutes vos luttes, gardez vos lignes de communication avec Dieu ouvertes ! Il vous aime comme Son enfant et ne vous rejettera pas. Il vous viendra en aide, même si cela peut prendre un certain temps. Croire cela, c’est une question de confiance. Vous ne devez rien exiger de Lui, mais vous pouvez bien Lui demander des réponses précises et une expérience rassurante de Sa présence. Jésus est venu à Thomas. Il a pris les questions de Thomas au sérieux et ne l’a pas condamné ou rejeté, mais l’a invité à regarder de près les marques de Son corps : «Avance ici ton doigt, et regarde mes mains ; avance aussi ta main, et mets-la dans mon côté ; ne sois pas incrédule, mais crois.» (Jean 20:27).
  • Deuxièmement, recherchez la compagnie d’autres croyants à qui vous pouvez vous confier. En dépit de ce que vous ressentez, continuez à aller à l’église ou à d’autres réunions de la communauté : c’est là que Dieu peut vous parler. Dans Psaumes 73, Asaph témoigne que lorsqu’il se rendait dans les parvis de l’Éternel, il recevait de la compréhension et une perspective plus large. En outre, faites l’effort d’entrer en contact personnel avec des personnes bien informées avec lesquelles vous pourrez discuter de vos questions et de vos doutes. Jean Baptiste envoya ses disciples afin d’interroger Jésus Lui-même. C’est ainsi qu’il a obtenu des réponses : «Allez rapporter à Jean ce que vous entendez et ce que vous voyez : les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, et la bonne nouvelle est annoncée aux pauvres. Heureux celui pour qui je ne serai pas une occasion de chute !» (Matthieu 11:4-6). Jean sait alors que Jésus est le Messie promis à Israël, car les prophéties de l’Ancien Testament s’accomplissent par ces actes prophétiques du ministère messianique.
  • Troisièmement, informez-vous intellectuellement. De grands penseurs ont été confrontés à des doutes et ont pu s’en sortir avec de grandes réponses. Il y a tant d’excellents documents que vous pouvez trouver dans les livres ou en ligne. Il existe des débats intéressants que vous pouvez suivre pour voir comment les différentes opinions interagissent. Le fait que l’existence de Dieu ne puisse être prouvée ou réfutée comme un théorème mathématique ne devrait pas vous déranger. La bonne nouvelle, c’est qu’il existe de nombreuses preuves de Son existence, comme l’existence d’un ordre dans l’univers. La science ne peut pas expliquer cet ordre. Elle doit le présupposer pour expliquer quoi que ce soit. En outre, il existe de nombreux autres sujets pour lesquels vous ne pouvez pas trouver d’explications rationnelles et sur lesquels vous agissez pourtant comme s’ils étaient vrais, tels que les impératifs moraux. Nous savons tous que nous devons tenir nos promesses, même si la science ou la rationalité peuvent prouver que c’est vrai. La science ne peut qu’établir des faits, mais elle ne peut nous dire quels sont nos droits moraux.

Il ne s’agit pas là de quelques exemples de sujets de recherche stimulants qui peuvent vous aider si vous avez des doutes d’ordre intellectuel. N’hésitez pas à parcourir les documents fournis à la fin de l’article.

Conclusion

Il se peut que vos doutes soient levés et que vous obteniez des réponses à vos questions. Il se peut aussi qu’avec le temps, vos incertitudes perdent leur emprise sur vous. Vous apprenez simplement à vivre avec des questions non résolues dans votre vie de foi et vous ne vous sentez plus affecté par elles. Laissez-les vous motiver à approfondir vos questions difficiles et à trouver des personnes avec qui interagir émotionnellement, intellectuellement et spirituellement. Et le plus important de tout : «Approchez-vous de Dieu, et il s’approchera de vous.» (Jacques 4:8)

Certaines références utiles

  • Tim Keller
    • « The reason for God »
    • Sermon series: Overcoming objections
  • William Lane Craig / Reasonable faith
    • Posts on doubt
  • N.T. Wright
    • Interview: Broken signposts: How Christianity makes sense of the world
    • Podcast: Ask NT Wright anything
  • « Unbelievable? » Premier Christian Radio
    • Online apologetics course: Confident Christianity: Evidence for God and Answering Objections

Partager l'article